Bien arrivee a Mexico apres une journee de transports (Air Canada semblant decide a nous gaver, decidement j'en aurais faites des reserves en prevision de voyage dans les derniers semaines 1). J'ai lu une bonne partie du Courrier International ou j'esperais trouver des nouvelles des fees mexicaines mais.. mon numero ne devait pas etre le bon (ou alors elles s'etaient deja envolees ?):
L'escale et le changement au Canada m'ont permis de remarquer que tout le monde demandait "et sinon, ca va ?" a tout bout de champ (le douanier le premier, comme un bon pote, c'etait rigolo), rien que ca c'est un changement de vie !

En atterrissant, la nuit tombant (ca faisait presque 24 heures que je ne l'avais plus vue, drole de sensation d'ailleurs), j'ai eu droit a accueil des lumieres-de-ville posant tout le contexte : elles s'etendaient a perte de vue, avec les avenues dessinees par les phares de voitures... Seules zones sombres : quelques petits monts alentours.

Bien accueillie par mon hote Carlos a l'aeroport (apres quelques difficultes pour nous retrouver, etant donne que... nous ne nous connaissions pas et il y avait pas mal de gens, et c'etait assez grand...haha), me voila depuis avant-hier basee dans l'appartement familial ou ma presence semble normale... tout comme le fait de se mettre a parler doucement quand on s'adresse a moi ! J'ai retenu le trajet facilement mais pas l'adresse... je sais juste qu'il est au croisement d'une calle oriente et d'une calle norte (la 58 ? 58A ? 58B?), ce qui est savoureusement incomplet, hihi.

Je vais donc tres bien, apres sympathique chute de tension hier de la fille qui a oublie qu'elle avait un decallage horaire et alimentaire et de temperature dans le corps...

Et j'ai goute  des fruits etranges (et embarque illico 1kg de figues de barbarie et un fruit qui pousse sout terre), mon premier molle (melange brunatre piquant a plus de 50 ingredients) et un vieil alcool au celeri (... autrement etrange !).

C'est tout pour la bavardise desorganisee d'aujourd'hui !