J'y suis,
au sud de Mexico-ville,
apres un mois,

je l'ai faiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis ! (ca me donne une force telle que je suis cap d'ecrire en mauve !)

Et a Df, a defaut d'avoir reussis a echanger mon billet de retour (le guichet air canada est ouvert de 6 a 8 heures du matin...) j'ai pu deposer mes quelques trucs encombrants et inutiles pour le moment dans l'adorable famille de l'acrobate.
J'ai meme laisse mon... carnet de voyage-et-de-vie-et-de-notes-et-de-conseils-et-de-citations (avec quelques lettres en cours de redaction glissees a l'interieur, ce rose est destine a vous faire mal aux yeux un peu comme j'ai eu mal au coeur !), sagement pose sur la table de la salle-a-manger !

HORREUR, stupeur et effarement sur le quai des departs de la gare routiere, a 23h30.
Moi qui etais heureuse de l'absence d'oubli en ce premier mois (pourtant caracteristique du voyage, les oublis...).

J'ai sentis mon bic fremir de tristesse dans ma poche (et mon crayon, que j'utilise ici en expo-interdite-aux-photos pour la premiere fois depuis un tas de calendriers lunaires, se demandait quand il aurait de nouveau la possibilite de voir la lumiere du papier...).

N'ecoutant que mon desespoir j'ai appelle le frerot-luchador-superheros (c'est plutot son metier de super-heros qui lui permet de se nourrir) qui venait de me deposer en carosse volant et pour lui demander de faire ce qu'aucun etre humain normal ne devrait demander, ni ne pourrait faire... un aller-retour a Mexico en moins de 20 minutes (pour une fois, j'etais en avance !).

ET IL L'A FAIT, oui madame, oui monsieur, sans bruler de feux rouges, en laissant traverser les pietons, sans meme avoir le temps d'oter son blouson (pour montrer sa tenue de batman).
J'ai donc pu atteindre mon car 1 minute 30 avant son depart (il semble qu'a chaque fois que je tente de faire ce qu'il faut au depart pour etre en avance a la gare une tuile en chemin me fasse arrivee tout juste a temps), avec le sourire que laisse derriere elle la magie qui vient d'operer !